Les Flashcards du Tutorat

Classé dans : Méthodologie & Astuces | 0

Bonjour à tous !

L’heure tant attendue du lancement des Flashcards du Tutorat est arrivée !

Petit briefing pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler : les Flashcards, ce sont des outils de révision rangées par « Decks » selon les chapitres des cours de PACES, comportant une information au recto et une autre qui lui est liée au verso (ex: une date / un évènement, un muscle / ses insertions ….). Les Tuteurs vous en ont préparé une première série, disponible sur l’Application Anki App ! D’autres seront créées et ajoutées au cours de l’année.

Pour en profiter, suivez les étapes de ce petit Tutoriel : Tuto Anki App – Utilisation

Vous allez les recevoir via vos Parrains et Marraines, n’hésitez pas à les relancer si ils mettent du temps à vous les partager. Pour ceux n’ayant pas de P/M, vous pouvez demander aux Tuteurs de vous les partager.

En espérant que ce nouvel outil vous soit utile,

Les Pilotes du Tutorat

Méthodes de travail et mémorisation (partie 2)

Classé dans : Méthodologie & Astuces | 0

4. Utiliser son imagination

a – La mnémotechnie

La mnémotechnie, c’est tout simple, mais ça marche ! Il faut être malin, trouver des astuces, des jeux de mots, donner un sens à une information abstraite …

Exemples : 

Comment retenir simplement la deuxième ligne du tableau périodique des éléments ? 

Il suffit de se rappeler de cette phrase pleine de poésie : Lili Besa Bien Chez Notre Oncle Fernand Nestor. 

La deuxième ? Napoléon Mangea Allègrement Six Poulets Sans Claquer d’Argent.

Plus c’est drôle, loufoque, plus ça attire votre attention ou plus vos éléments de mnémotechnie vous parlent, plus vous allez retenir l’information car votre cerveau s’y intéresse !

Il est également possible de retenir une information complexe en la retranscrivant sous forme de petit dessin.

Pour bien retenir, il faut faire appel à un maximum d’aspect de la mémoire qu’il nous en est possible : mémoire visuelle, mémoire auditive ou mémoire kinesthésique.

b – Les palais mentaux

Bon, alors là on complique un peu les choses … Le but de cette technique et de créer un endroit, ou alors de visualiser un endroit que vous connaissez bien, et d’y « déposer » les informations que vous souhaitez retenir. Pour cela, il faut au préalable « visualiser », voire « personnaliser » ses informations. 

Exemple : L’apprentissage des Acides Aminés

En PACES, on doit en connaitre 20, et ils se divisent en plusieurs catégories. Dans ce cas, chaque catégorie peut être symbolisé par une pièce de votre maison / appartement. Par exemple, j’avais « rangé » les AA Aliphatiques dans ma chambre, du plus petit au plus grand quand je faisais le tour de la droite vers la gauche. Cette organisation me permettait de retenir leurs formules, je connaissais leurs principales fonctions et leur taille. Ainsi, on associe la logique à notre technique du palais mental.

Concrètement, au plafond se trouve la Glycine, que j’ai personnalisé en tant que la plante glycine, qui est une plante grimpante. Puis, dans le siège qui se trouve un peu plus loin, on a l’Alanine, qui est personnalisé par Alan, qui était dans ma classe au lycée. (Tout le monde connait bien un Alan non ?) Et ainsi de suite …

Je vous encourage à regarder les vidéos de Fabien Olicard sur YouTube qui décrit très bien le processus !

Un palais mental doit être régulièrement visité, sinon on oublie des informations. Et plus on le visite, plus il est facile de se rappeler ce qui se trouve dans chaque endroit !

Évidemment, tout le contenu des cours de PACES ne peut pas être appris avec cette technique, surtout si on ne la maitrise pas ou pas très bien avant la rentrée. Ceci dit, vous pouvez essayer d’apprendre certaines notions en utilisant votre palais mental (les classifications en Histologie, les listes de protéines en Biocell, le cycle de Krebs ..) 

A vous d’évaluer au final si le rapport temps passé à l’apprentissage / rendement au long terme est bénéfique !

c – Les tables de rappel

En continuant sur notre lancée de personnalisation des informations : les tables de rappel sont des outils de mémorisation, qui permettent « d’attacher » une information à sa table de rappel pour s’en souvenir plus facilement.

Concrètement, qu’est ce qu’une table de rappel ? C’est un aide mémoire, une grille, qui se base sur la conversion des nombres en images. Ainsi, vous allez personnaliser chaque nombre en une image, rendant une information abstraite en image concrète.

Comment constituer sa table de rappel et transformer les chiffres en images ? 

Plusieurs techniques existent :

  • Technique basée sur le visuel : le 1 m’évoque visuellement une bougie, le 2 un cygne/un canard (cf vidéos de la chaîne Youtube Mnémonaute)
  • Technique basée sur les sons : le 1 rime avec Main, le 2 avec Feu …. (cf Fabien Olicard)
  • Technique basée sur les affects : le 25 m’évoque le père Noël … 
  • Le Grand Système : les chiffres sont codés en consonnes, ce qui permet de coder un nombre en un mot (ex : 33 = MM = MoMie)

Exemple de table rappel mélangeant plusieurs techniques

On peut se constituer plusieurs tables de rappel, l’idéal étant d’en avoir au moins une petite allant jusque 20 (basée sur le visuel par exemple), et une autre allant jusque 99 (construite grâce au Grand Système, qui peut être plus facile à mémoriser).

Comment utiliser sa table de rappel ensuite ?

Soit en associant directement l’image du nombre donné à l’information qui lui correspond (par exemple une date reliée à un évènement). Pour se faire, il est intéressant de personnaliser son information au préalable.

Exemple : Flemming découvre la pénicilline en 1928

Flemming : je me le représente comme étant un bonhomme qui a la flemme (avachi dans son canapé)

  • 19 dans ma table de rappel = « boeuf »
    • Mon bonhomme qui a la flemme est à côté d’un énorme boeuf assis dans le canapé à coté de lui
  • 28 dans ma table de rappel = « Navy » 
    • A côté de Flemming, le boeuf est en train de jouer avec un bateau en plastique (Navy).

Ainsi, quand on cherche la date à laquelle Flemming a découvert la pénicilline, on cherche à visualiser Flemming, et à reconstruire l’image dans notre tête. Je revois Flemming dans son canapé, à côté d’un boeuf qui tient un bateau en plastique dans ses bras … Donc Flemming s’associe à 19-28 ! 

Astuce : plus vos images sont marquantes, absurdes, et associées à une émotion ou un mouvement, plus elles sont faciles à retenir car votre cerveau y accorde de l’attention !

Vous pouvez compléter l’image en intégrant l’information « pénicilline », mais attention à ne pas trop charger vos images mentales qui sont par la suite trop compliquées à retenir. Reste alors la solution « à l’ancienne » : le « par coeur »! 

Autre façon d’utiliser sa table de rappel, pour nous aider à apprendre une liste : si on a 20 notions à apprendre, il est intéressant d’associer chaque notion à son numéro qui correspond dans la table de rappel. Lors d’un oubli, cela permet aussi de savoir facilement combien / à quelle place se trouve l’information qui nous manque.

Exemple : sur 20 informations, je me rappelle de tout sauf de ce que j’ai attaché à mon image du 13, c’est donc qu’il me manque une infirmation en 13e position.

5. La clé de la mémorisation : la répétition

Pour toutes ces méthodes et pour mémoriser une information, ce qui est capital, c’est la répétition. Plus vous vous forcez à faire le chemin vers une information, plus vous vous habituez au trajet, plus vite vous y parvenez pour au final que cela devienne quasi un réflexe.

Pour vous entraîner rapidement et rafraichir votre mémoire régulièrement, les flashcards sont des outils intéressants. 

Une flashcard, qu’est ce que c’est ? C’est une carte, avec une information au recto et sa description au recto. L’application AnkiApp permet de créer ses propres cartes, et de les réviser rapidement dans les moments de creux d’une journée (par exemple dans le métro ou dans le bus, ou alors pendant un temps mort quand le prof finit son cours plus tôt). 

Astuce : pour maîtriser parfaitement vos tables de rappel, vous pouvez vous constituer des Flashcards pour les réviser régulièrement et avoir une image associée de façon réflexe à chaque nombre !

Grâce à la fonction d’auto-évaluation, les cartes qui vous posent le plus de problèmes vous seront posées plus souvent, ce qui vous permet de cibler vos révisions rapides. 

Et, bonne nouvelle ! Le Tutorat Rennais vous propose cette année de vous partager des Flashcards, conçues par les Tuteurs pour vous aider dans vos révisions. Plus d’informations vous seront dispensées au moment de la pré-rentrée / rentrée.

D’ici là, vous pouvez vous entrainer à vos techniques de mémorisation, comme construire votre premier palais mental et vos tables de rappel.

Bon courage et bonnes vacances !

L’équipe du Tutorat

Liens utiles

Chaîne YouTube de Fabien Olicard (playlist mémoire) : https://www.youtube.com/channel/UCTafEJoRl5myC8A50plIrng

Chaîne YouTube Mnémonaute : https://www.youtube.com/channel/UC6DzSyoY7SBLiNOpOWz5srQ

Un exercice intéressant : apprendre les 50 états des USA : https://www.youtube.com/watch?v=TILTksAF78k&t=270s

Méthodes de travail et mémorisation (partie 1)

Classé dans : Méthodologie & Astuces | 0

La PACES est une année difficile, et très différente de ce que l’on a pu connaître au lycée. La réflexion, bien qu’importante pour comprendre les notions que l’on nous enseigne et les liens entre les différents cours, n’est que la première étape du processus d’apprentissage. En effet, il y a tellement d’informations à retenir que la mémorisation prime sur la réflexion : on ne peut pas s’en sortir juste en comprenant le cours, il faut l’apprendre. Ce qui limite la majorité des étudiants en PACES, ce n’est pas la compréhension mais bien la mémorisation. La PACES, c’est donc avant tout un exercice de mémorisation. 

Attention : apprendre son cours sans chercher à le comprendre n’est pas pour autant la solution ! On retient mieux les notions une fois qu’on a compris la logique du cours et son intérêt.

L’enjeu du début d’année en PACES est important : il faut trouver sa méthode de travail, la façon qui nous correspond le mieux pour faire face à ce flux d’informations et de connaissances à acquérir. Il nous faut ainsi apprendre à être le plus efficace possible pour pouvoir stocker un maximum d’informations en un minimum de temps. 

Quelques techniques existent, qui, lorsqu’elles sont bien utilisées, peuvent nous aider à gagner du temps, et à améliorer nos capacités de mémorisation. 

Il est important de noter que les techniques présentées au cours de cet article peuvent vous intéresser tout comme ne pas vous convenir : ce sont juste des pistes pour vous présenter ce qui existe. À vous de piocher dedans si vous en trouvez une utilité !

 

1. Utiliser sa mémoire auditive

La mémoire auditive peut être facilement mise à profit. Chercher à reformuler le cours  à l’oral avec ses propres mots, comme pour expliquer les notions à quelqu’un, peut aider à l’apprentissage. Comme le disait notre cher Nicolas Boileau, « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » 

Vous pouvez demander à une personne extérieure de vous écouter, cela vous forcera à bien reformuler pour « traduire » le cours et ainsi le rendre accessible, compréhensible par tous.

Plus simplement, lire à haute voix ses cours permet de rester concentrer plus longtemps que lorsqu’on lit dans sa tête, où il est facile de divaguer et de se mettre à penser à autre chose (hmmm qu’est ce que je vais manger ce soir moi ?).

Encore une autre piste : vous pouvez également « podcaster » les cours, les ré-écouter pendant les temps morts de votre journée (durant les trajets jusque la Fac, pendant les repas, sous la douche … oui, certains écoutent leurs cours sous la douche). Attention cependant à ne pas perdre trop de temps à réécouter tous ses cours, et à se laisser des moments de vraies pauses où on décroche complètement des cours !

 

2. Utiliser sa mémoire kinesthésique

Qu’est ce que c’est que ça ? La mémoire kinesthésique, c’est la mémoire des mouvements du corps. Par exemple, apprendre ses cours en les recopiant !

Attention, le piège de cette méthode est de perdre du temps à tout recopier passivement, sans faire attention à ce que l’on écrit. Il est donc intéressant encore une fois de reformuler le cours, cette fois à l’écrit, en transformant un paragraphe en petit schéma avec plein de flèches pour relier les notions entre elles. De plus, faire un schéma permet d’activer sa mémoire visuelle !

Vous pouvez également activer votre mémoire kinesthésique en mettant vos cours sous forme de fiches.

Pour d’autres, ça peut être apprendre ses cours en faisant les cent pas dans sa chambre, ou encore parler en faisant des gestes (mimer les acides aminés est une discipline très reconnue en PACES).

 

3. Utiliser sa mémoire visuelle (Les Minds Maps = cartes mentales)

On peut facilement se perdre en essayant d’apprendre un paragraphe tout condensé d’un cours. Le reformuler sous la forme d’un schéma, plein de couleurs et de flèches peut faciliter la lecture de l’information, la rendre plus visuelle et ainsi plus attractive.

Dans certaines matières, la visualisation est particulièrement importante : en Anatomie particulièrement, il est intéressant de s’appuyer sur les schémas proposés par les professeurs ou bien les Atlas comme le Netter ou le Kamina. Des applications existent également pour permettre la visualisation en 3D des éléments, leurs rapports entre eux (par exemple : l’Atlas d’anatomie humaine développée par Visible Body, application payante).

Les cartes mentales représentent aussi un outil plus général et assez pratique pour aider à la mémorisation. Elles permettent de rendre une information claire et facilement lisible (pour celles qui sont bien faites). Le principe : mettre le sujet principal au centre, puis faire partir des branches de ce sujet vers des notions plus précises.

Attention à ne pas trop charger vos cartes mentales ! 

Un outil pouvant vous être utile pour la création rapide et propre de Minds Maps : l’application XMind ZEN, gratuite et disponible ici : https://www.xmind.net/fr/zen/

Vous pouvez télécharger les mind maps que vous créez au format pdf dans la version gratuite, ainsi que sous forme de plan (ce qui peut faire office de fiche de révision !)